Eglise et Travail
Près de vez vous
Flèche rouge

PROCHAINES RENCONTRES

GENÈVEVAUD
VALAISNEUCHÂTEL
FRIBOUGJURA


FORMATION
DONS - SOUTIEN
LIEU D'ACCUEIL

Les vraies causes du chômage chez les jeunes

Qu'une part importante des jeunes soit sans emploi est très révélateur de la désorganisation du monde du travail et de la perte de sens de notre société.

Le monde du travail n'est plus pensé et organisé pour permettre à chacun de trouver sa place et de subvenir à ses besoins ainsi qu'à ceux de ces proches. La logique est pour un petit nombre de gagner un maximum et pour d'autres de survivre tant bien que mal, en espérant ne pas être mis de côté.

Dans notre pays, nous ne manquons pas de travail à effectuer, ni de ressources. Simplement, il s'agit de partager et de redistribuer les richesses pour financer des emplois.

Il est indécent de voir quelques personnes recevoir des salaires gigantesques et faramineux. Combien de places de travail et d'apprentissage pourraient être créées, si ces personnes réduisaient leurs trains de vie ? De même, quand on privilégie la rétribution des actions au lieu de favoriser les emplois et la recherche !

On s'inquiète de l'obésité qui se développe chez les enfants et les jeunes. Et si ils n'étaient qu'un reflet de la "boulimie économique" de certains qui veulent s'accaparer tout le gâteau ?

De plus, c'est souvent les mêmes milieux qui désirent réduire au maximum les impôts et le rôle de l'Etat et des pouvoirs publics. Maintenant, même des administrations publiques ne gardent pas des jeunes à la fin de l'apprentissage, sous la pression des économies à faire !

Le sens de la vie n'est pas dans l'accaparement de richesse, dans la consommation à outrance par un petit nombre en laissant de côté un nombre considérable d'hommes et de femmes, en particulier les jeunes. Il est dans les rencontres, les différentes formes d'expressions, la découverte d'autres cultures, dans un certain épanouissement au travail, dans les amitiés, l'amour. La personne humaine est faite pour la rencontre, la relation avec d'autres, avec la nature, avec le tout Autre.

Une société qui promet que la croissance, le progrès matériel et la consommation aux jeunes et en plus sans leur donner une place de travail est bien malade, voire suicidaire.

Ainsi, il serait prioritaire d'arrêter de faire tout un débat sur la dépénalisation du cannabis ou pas. Les problèmes sont bien plus profonds : pourquoi tant de jeunes, et d'adultes d'ailleurs consomment-ils ce produit, comme bien d'autres en excès ?

Il serait plus judicieux aux milieux qui veulent protéger la jeunesse de s'engager à ne pas libéraliser à outrance, à permettre des délocalisations qui précarisent des populations, à ne pas accepter des salaires et des gains faramineux ¨!

Les causes du chômage des jeunes, comme des autres groupes, ne se trouvent pas que dans un manque de formation, des systèmes scolaires déficients, ou la présence plus forte de migrants comme veulent nous le faire croire certains partis.

L'enjeu central est le partage des richesses pour permettre à chacun et chacune d'apporter sa contribution à la société. Le maintien de l'Etat et des impôts, voir leur augmentation, sont nécessaires.

Cela s'accompagne également d'un autre projet de société qui débute par un certain renoncement à la consommation et un développement local qui couvre les divers besoins et désirs. La Suisse qui est en train de développer surtout un marché du travail dans le tertiaire et les services, pour délocaliser le reste, n'offre aucun avenir à sa jeunesse et contribue à une catastrophe écologique mondiale.

Devant cet immense défi à relever pour permettre aux enfants et jeunes, chacun peut y apporter sa contribution et exercer sa responsabilité.

Michel Racloz