Eglise et Travail
Près de vez vous
Flèche rouge

PROCHAINES RENCONTRES

GENÈVEVAUD
VALAISNEUCHÂTEL
FRIBOUGJURA


FORMATION
DONS - SOUTIEN
LIEU D'ACCUEIL

Composer un paragraphe de présentation du sujet
et des sources des documents consultables ensuite…


Système en cause

La crise financière, le remarquez-vous, s’accompagne du silence retentissant des adep-tes de l’idéologie – pour ne pas dire la religion – néolibérale. Ce silence signifie-t-il que ceux-ci se remettent en cause ? Hélas, je n’en ai pas le sentiment. Certes, des correctifs sont ou seront apportés pour éviter la prise de risques financiers aussi lourds que le discours sur la responsabilité individuelle qui prévaut dans ce milieu ! Mais rien n’indique qu’une fois les pertes étatisées, les bénéfices de demain seront redistribués équitablement à la collectivité. Je crains, en effet, que les fidèles de la « main invisible » régulatrice du marché, n’arrondissent le dos, le temps de la tempête, et qu’ils ne reprennent ensuite le chemin de l’argent facile.

Pour éviter cet écueil et rendre à notre planète de sa beauté et de son humanité, il serait indispensable de repenser fondamentalement la répartition des richesses et la manière dont elles sont produites. Sur ce point l’augmentation de la pauvreté chez nous – pour ne pas par-ler des pays du Sud – et les atteintes à l’environnement sont des signaux éloquents.

Un mieux-vivre commun demain suppose aujourd’hui une remise en question de posi-tions considérées jusque-là comme dogmatiques par maints économistes, bien sûr, mais aussi par maints politiciens dont le rôle consiste pourtant, jusqu’à plus ample informé, en la pro-motion du bien commun. Parmi les dogmes à revoir, il y a celui de l’impôt. Ces dernières an-nées, on en a demandé plutôt plus aux moins riches, tandis qu’il a diminué pour les plus ri-ches. Les paradis fiscaux, la non-imposition des transactions financières, le secret bancaire qui facilite l’évasion et la fraude fiscale (distinction intenable) sont quelques-uns de ces dogmes à revisiter sérieusement. Notre capacité à revoir ces principes, constituera le test qui montrera si nous voulons être demain des hommes et des femmes à la pensée unique au ser-vice de l’argent, ou si nous voulons considérer la personne humaine dans ses besoins multi-ples.

Le système est en cause dans certains de ses fondements. La cosmétique n’empêche pas le vieillissement.

Abbé Canisius Oberson, Cernier - Article paru dans la revue Echo


Photo dignité